Le déclencheur / La genèse

Les premiers semestres au sein de l’école d'ingénieurs s'avèrent être les premiers pas vers un futur entrepreneurial pour l’équipe de Hatta Bio. Nulle n’a pu échapper au monde de l'agriculture et des agriculteurs. Les conditions de travail sont difficiles et les difficultés sont multiples. Les maladies transmises par le sol et la propagation des maladies phytosanitaires sont les grands soucis de l’équipe. Ces maladies sont souvent négligées par l'État et les mesures préventives sont presque absentes. Et, entre-temps, les pertes agricoles sont de plus en plus lourdes.

Le début

C’est après cette observation que l’équipe de Hatta Bio, s’est mise à réfléchir à comment elle pouvait protéger les agriculteurs et leurs cultures. Après une période de réflexion et plusieurs heures de recherche scientifique, l’équipe est parvenue à la réalisation que les tenues vendues en commerce ne sont pas une cause majeure d’infection et propagation de maladie. Mais, ces tenues sont mal adaptées pour le milieu de travail et les particularités de l’agriculture. À ce stade, les jeunes entrepreneurs sont de plus en plus soucieux de l'impact environnemental de l’industrie textile et le cycle de vie “cradle-to-grave”. Le concept de biodégradabilité et biodégradation viennent pour aider à la concrétisation de l’idée. Les vêtements biodégradables peuvent servir à réduire la pollution de l'environnement dans un premier temps et à finir en compost dans le sol. Ce concept révolutionnaire commence à cogiter dans leurs cerveaux et toute l'équipe se lance dans la recherche pour trouver la faisabilité de leur idée. Étant tous des étudiants, les contraintes se font multiples mais ne réduisant en aucun cas leur motivation !

Certes, avoir des idées est primordial mais insuffisant pour réaliser un projet. L’équipe de Hatta Bio avait besoin d’un point de départ. Le décollage s’est fait lors des SDG camps, initiative du Programme des Nations unies pour le Développement en partenariat avec les autres agences du Système des Nations unies en Tunisie ; De là, le projet Hatta Bio a vu le jour.

Les défis

La pandémie COVID-19 était l'un des défis majeurs pour Hatta Bio. Les mesures sanitaires telles que l’interdiction de circulation des personnes et des véhicules entre les gouvernorats et la crise économique qui a affecté le secteur de textile ont été entravantes. Les réunions entre les membres de l’équipe et le contact avec les fournisseurs textiles s'est avéré compliqué. Où trouver ce tissu biodégradable? Comment réconcilier les besoins des agriculteurs et le design éco-responsable et biodégradable? autant de questions sans réponses précises.

L’aventure

La crise sanitaire est toujours là, mais, aujourd'hui l’équipe Hatta Bio fait partie d’un programme d’incubation complet qui accompagne ses jeunes dans le développement de leur business model et la recherche active de solutions pour trouver le tissu adéquat. Lors du premier bootcamp de Prototyping for Green Solutions qui a porté sur l'idéation, l’équipe a pu cerner les problématiques auxquelles elle doit répondre et par conséquent mettre en place de nouvelles perspectives. Au fil du temps, le problème de départ a subi une évolution. Non seulement les vêtements agricoles ne sont plus un facteur majeur dans la protection des agriculteurs face aux maladies transmises par le sol, avoir des vêtements biodégradables servant les intérêts des agriculteurs et leurs sols est toujours bénéfique. Ainsi, la cible s’est élargie pour faire naître une startup écoresponsable plus solide.

L’équipe derrière l’idée

Myriam Saidi Fondatrice Hatta Bio et Ingénieure en économie rurale
Mohamed Amin Aouini Membre de l’équipe Hatta Bio et ingénieur en production animale

Le produit

Des combinaisons biodégradables pour les agriculteurs

Clients

les agriculteurs, les associations d’agriculteurs, les GDAs…

Le Business Model

Le modèle économique de Hatta Bio se base sur la vente directe et indirecte des combinaisons. La commercialisation peut se faire via les réseaux sociaux

Impact environnemental

Hatta Bio vise à protéger l’environnement et minimiser les dégâts du fast fashion en fabriquant des combinaisons biodégradables dépourvues de plastique et polyester.